Pilani

Publié le 21 Octobre 2015

Pilani

BK BIET se trouve à Pilani, petite bourgade à 150 kms de Delhi, mais le bourg lui-même vaut le détour, enfin, si on y est, il y a des choses intéressantes. En fait, la ville est une espèce de Cambridge modèle réduit, car le coeur de la ville est composé par les universités prestigieuses qui s'y trouvent, dont certaines, malgré la taille plus que modeste de Pilani, sont connues dans toute l'Inde dfu fait de la qualité de leur enseignement et de leur recrutement. Ainsi, à côté de BK BIET, il y a notamment BK BITS, qui est comme sa grande soeur, et le campus de cette université a des airs de Campus américain, où tout est harmonieusement intégré, avec des vastes étendues, des terrains de sport, des surprises architecturales...Dans le campus se trouve le magnifique temple de Saraswati, la déesse de la Connaissance et de la sagesse (normal pour une université), dont la particularité est de présenter sur ses cascades de sculpture des figures de "sages" célèbres:

Pilani
Pilani

Vous les avez reconnus? Nous avons été accompagnés par Abishek, un étudiant indien qui est déjà venu en France, à Toulouse, pendant deux mois, et compte y retourner en janvier, et est très apprécié par les étudiants. Nous sommes à Jaipur ce soir, et ils devaient le retrouver  (il est venu par ses propres moyens), mais je ne sais pas si cela s'est fait. Le soir du dernier jour, nous avons eu droit à une visite nocturne du Science museum, splendide exemple de pédagogie de vulgarisation à l'ancienne, mais encore très vivante! Et en clou de soirée, une visite à nulle autre pareille, la visite guidée au mausolée-musée en la mémoire d'Aditya Birla, le petit-fils du fondateur des universités Birla, dont BK BIET fait partie, un milliardaire mort à 50 ans qui a droit à ce centre dédié à sa personne, et qui, en fonction des sensibilités, peut passer pour le comble de la mégalomanie, ou bien un touchant témoignage des multitudes de personnes qui l'ont aimé et qu'il a, en quelque sorte, touché de la magie de son prestige.

 

Pilani
Pilani
Pilani
Pilani
Pilani
Pilani
Pilani
Pilani

Quelques heures auparavant, avec Bertille, la professeur de français euroise, nous sommes allés dans le centre-ville et ensuite grimper sur une petite colline en dehors, en haut de laquelle il y a un temple de Hanuman, que l'on grimpe en quelques 300 marches. Quand nous sommes redescendus, la nuit tombait! La chapelle est construite sur un affleurement de grès, ou de quelque pierre rouge, que les constructeurs ont exploité, puisque on voit des petites carrières à ciel ouvert tout autour.

Le dernier après-midi, je suis retourné en ville seul, profitant d'une sieste de mon collègue, et avant le dernier apéritif d'au-revoir avec les responsables de l'Institut (la réunion autour du projet de partenariat s'étant déroulée le matin, dans d'excellentes conditions), et dans cette ville je me suis baladé, d'abord déposé en touk-touk, puis à droite et à gauche. Je ne me rappellais plus de l'endroit où la veille avec Bertille et Habib nous avions repéré une haveli qui s'était avérée fermée, et donc dans l'idée de la voir, j'ai demandé mon chemin, et un vieux monsieur, récemment arrivé de Calcutta où il avait passé sa vie, m'y a conduit. Elle n'ouvrait qu'à 15h, un quart d'heure plus tard, alors nous sommes partis boire un tchaï sur le porche d'une boutique d'électriciens, des copains à lui, et en route, de son pas fatigué, mais avec un sourire évident et édenté, il me racontait comment il était maintenant trop vieux pour trouver du travail à Pilani, la raison étant qu'il était un étranger à la région.

 

Pilani

En fait, cette haveli, dont on m'avait dit qu'elle renfermait le musée des traditions de la ville, soit n'était pas un musée, soit il fallait une autorisation spéciale pour lui faire ouvrir ses portes. Je n'ai pu faire que quelques photos des patios du rez de chaussée! De retour en ville, je me perds volontairement dans les ruelles, et au bout de quelques minutes, je me retrouve face à une sorte de théâtre dressé pour l'occasion de la fin de Navratri, la fête des 9 neuf jours chez les hindous, et des gamins m'abordent avec les questions et la curiositré habituelle, mais ajoutée d'un plaisir évident à entendre quelques bouts de phrase en hindi. On chahute, ils me blaguent (et je ne comprends du coup plus rien), les femmes lèvent leur voile pour me saluer et rire, le grand frère vient me tirer d'embarras (car les gamins n'avaient pas envie de me laisser partir, et me tiraient par le bras, la main, le pied pour venir me faire voir je ne sais quoi), et m'a remis sur le bon chemin de la place du centre-ville d'où j'ai repris mon auto-rikshaw. Mais cependant avant de dire au-revoir, ils m'avaient laissé leur bouille étonnantes:

Pilani

Rédigé par yves

Publié dans #Trips to India

Commenter cet article

fgm 23/10/2015 16:31

Merci pour cette échappée dans les ruelles de Pilani.
Cela valait bien une sieste...

sbasu 22/10/2015 07:04

That was a nice photograph of Birla family, Aditya with wife Rajasree and two children. The son is of course the blue eyed and respected industrialists of today, Kumara Mangalam Birla. The pretty daughter is also famous (by marriage), having married one of the scions of Bajaj Group, the one which broke away from the main group.

Another interesting fact is- I think the gov't of India didn't check it before awarding her (Rajasree) one of the top national awards for social service (Padma Bibhushana) - she had child-married (or was child-married by parents) to Aditya. Of course it was ceremonial, she was sent to in laws home only after attaining the age, but still marriage is marriage :-) .

yves 26/10/2015 11:01

Thanks SBasu for message and info!